En 2016, j’ai lu… (septembre)

Avec la reprise du boulot, j’ai moins eu le temps de lire, malheureusement…
J’ai aussi très très empêtrée dans le tome 3 de Outlander (oui oui, je l’avais déjà commencé en août…) que j’ai trouvé très long à lire et à la fin j’en avais marre…

Enfin, en septembre, j’ai lu :

  • Paul en appartement, Paul dans le métro, Paul à la pêche et Paul à Québec de Michel Rabagliati

    Voici de retour Paul, qui avance de plus en plus dans la vie, et que l’on retrouve avec Lucie, sa compagne, dans ces 4 tomes.
    J’ai vraiment adoré ces 4 volumes que j’ai trouvé très tendres, doux, à l’image de la vie, avec de bons moments, mais aussi des moments beaucoup plus difficiles à affronter.
    Cette série de bandes-dessinées est un véritable coup de cœur pour moi et je ne vais pas tarder à lire les 2 derniers volumes 😉

    En écrivant cet article, j’ai d’ailleurs découvert qu’un film tiré du tome Paul à Québec était d’ailleurs sorti l’an dernier. D’après ce que j’en vois dans la bande-annonce, il a l’air très fidèle au livre, et je sens qu’il va beaucoup me plaire !

     

  • Coquelicots d’Irak de Brigitte Findalky et Lewis Trondheim

Lewis Trondheim et Brigitte Findakly forment en bande dessinée comme à la ville un duo depuis de nombreuses années. Si la bibliographie pléthorique de Lewis Trondheim n’a plus de secret pour personne, celle de Brigitte Findakly, son épouse et coloriste, quoique toute aussi importante, reste moins connue. De Pif Gadget, à ses débuts, au Chat du Rabbin, des Formidables aventures de Lapinot au Retour à la terre, en passant par Ralph Azham, on lui doit la mise en couleurs d’une centaine d’albums dont certains ont été les plus marquants de ces dernières années.

Avec ce livre à quatre mains, Lewis Trondheim délaisse ses animaux anthropomorphisés et dessine de véritables êtres humains pour raconter l’histoire de celle qui partage sa vie. Née en Irak, d’un père irakien et d’une mère française à l’orée des années 1960, le livre retrace son enfance passée à Mossoul, ville du nord de l’Irak, à une époque où, bien avant l’arrivée au pouvoir de Saddam Hussein, se succèdent coups d’État et dictatures militaires. Déroulant le fil de ses souvenirs, on découvre alors une vie de famille affectée par les aberrations de la dictature et leurs répercussions sur la vie quotidienne, jusqu’à l’inéluctable exil vers la France au début des années 1970. Une arrivée en France elle aussi difficile, une expérience migratoire faite de difficultés administratives, sociales et culturelles.

Dans ce récit qui prend pour toile de fond une triste actualité, Lewis Trondheim et Brigitte Findakly brossent en saynètes percutantes et sans ambages, mais pas moins sensibles, la trajectoire singulière de la coloriste qui, pour la première fois, occupe le premier rôle dans un livre. Ponctué de photos et de parenthèses sur les coutumes, la culture irakienne et les souvenirs de Brigitte Findakly, on partage avec elle, la nostalgie de ceux qui ont laissé derrière eux leur pays d’origine, et les liens fugaces qui subsistent. À l’image des coquelicots qui fanent si vite.

J’ai beaucoup aimé cette bande-dessinée également. Elle est très intéressante concernant les différences culturelles entre la France et l’Irak. C’est un bel ouvrage sur les racines du personnage.
Le dessin est très agréable, coloré, et parfois enfantin. Le contraste avec le sujet abordé est d’ailleurs très intéressant à observer.
Une belle découverte !

  • La Déconfiture (tome 1) de Pascal Rabaté
    Juin 1940. La débâcle de l’armée française et l’exode pour des millions de civils. Les repères quotidiens ont éclaté. C’est le grand chaos. À travers le destin d’un simple bidasse, Pascal Rabaté raconte cet été de désordres et de bouleversements extraordinaires…

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu d’ouvrage en rapport avec la Seconde Guerre mondiale, alors j’ai été « obligée » de craquer pour celui-ci. 😉
C’est une belle bande-dessinée, d’un grand format, qui est très agréable à regarder, malgré le sujet difficile.
On se rend bien compte de la désorganisation qui régnait, de l’incompréhension, du désarrois des soldats et des civils… Les dessins sont parfois difficiles à regarder mais ce n’est pas une mauvaise chose…
Pas un grand coup de cœur pour cet ouvrage mais j’achèterai quand même le tome 2 à sa sortie 😉

  • A hazy shade of winter de Fleur Hana et Jacinthe Nitouche

14333097_567313840145071_4531821924157847601_n

Quand je me lève le matin, elle n’est pas là, à côté de moi. Quand je tends la main, elle ne la saisit pas. Quand j’ouvre les yeux, elle ne me sourit pas.

Au lieu de ça, quand je me lève le matin, c’est à Lolita que je pense. Quand je tends la main, c’est la sienne que je veux tenir. Quand j’ouvre les yeux, c’est ses lèvres que je veux voir s’étirer.

Je ne veux pas oublier Sixtine, je ne peux pas l’oublier. Mais je voudrais essayer de vivre.

Juste vivre…

J’avais vraiment adoré le tome 1, Summertime, alors j’étais très impatiente de lire ce nouveau tome ! (et ravie que EDB éditions me l’ait fait parvenir en avant-première 😉 )
J’ai moins aimé que le tome précédent, mais je ne regrette pas du tout d’avoir revu ces personnages à nouveau ! N’hésitez pas à vous lancer !

Et pour mon avis plus détaillé, cliquez !

  • Culottées de Pénélope Bagieu

Guerrière apache ou sirène hollywoodienne, gardienne de phare ou créatrice de trolls, gynécologue ou impératrice, les Culottées ont fait voler en éclat les préjugés.Quinze portraits de femmes qui ont inventé leur destin.

Super méga gros coup de cœur pour cette bande -dessinée !!
J’avais déjà lu les différents portraits tellement inspirants sur le blog où un portrait parait chaque lundi, mais j’étais ravie de les retrouver en papier !
Les portraits sont super intéressants à suivre et ces femmes sont des exemples chacune dans leur domaine.
Pour ne rien enlever à la force de ces histoires, les dessins de Pénélope Bagieu sont vraiment tops (les doubles pages ❤ ❤ ❤ ❤ )

Je vous le conseille 1000 fois !!!!!!!!

  • Outlander – Le voyage de Diana Gabaldon

Vingt années se sont écoulées depuis le périple de Claire Beauchamp-Randall dans l’Ecosse du XVIIe siècle. Si l’infirmière britannique a refait sa vie depuis, le souvenir de Jamie Fraser et des années tumultueuses vécues ensemble reste intact. Aussi, lorsqu’elle apprend qu’il a survécu à la sanglante bataille de Culloden ayant marqué la défaite de l’armée écossaise, elle se trouve confrontée à un terrible dilemme. En remontant une nouvelle fois le temps, retrouvera-t-elle celui qu’elle a quitté deux décennies auparavant ?

Si je devais résumer ma lecture en un mot, ce serait : laborieuse.
J’ai beaucoup aimé le début avec des allers-retours entre les Highlands du XVIIème et 1968. Le côté enquête était sympa et j’aime bien le personnage de Brianna.
Et c’est une fois Claire revenue auprès de Jamie que cela m’a gonflée… J’ai trouvé déjà qu’elle le retrouvait trop facilement. Ensuite, j’ai trouvé les péripéties un peu grosses.
Enfin, c’était looooooooooooooong ! Alors oui, je suis au courant que c’est un peu le propre de la série, de longues péripéties, de longues descriptions… Mais là, allez savoir pourquoi, ça m’a gonflée. Peut-être parce que depuis quelques mois j’enchaîne surtout les bandes-dessinées qui sont assez rapides à lire pour la plupart, bref, ça m’a gonflé !
Il n’empêche que j’étais contente de retrouver les personnages ! Mais je crois que pour les tomes suivants, je vais me contenter de la sortie de la série télé et ne pas m’infliger des lectures aussi longues…

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Futilités #6 : des indispensables (ou pas) pour la lecture

Cette fois-ci, voilà une petite sélection d’objets inutiles (mais indispensables) pour une lecture réussie.
J’aime tellement lire que j’aime aussi les petits objets qui sont en rapport avec la lecture. Surtout quand ils sont trop mignons comme ceux que j’ai choisi ici !

PicMonkey Image

1- Je vous avais déjà parlé de ce livre qui permet de consigner ses lectures. Même si je l’ai un peu délaissé ces temps-ci, c’est un bon outil pour ceux qui veulent garder une trace de leurs   lectures !
2- Il existe une grande variété de bougies parfumées… Et celle-ci promet de sentir comme une librairie ! C’est prometteur ! Cette boutique a plein de senteurs différentes : vieux livres, Winterfell, bureau de Sherlock, Lallybroch (bon, celle-ci va venir chez moi bien vite je le sens !!)…
3- Une lampe de poche en forme de pince à linge, trop mignonne ! Elle se clipse sur le coin de votre livre très facilement, même si je l’avoue, je ne l’utilise jamais puisque c’est agaçant de la reclipser à chaque fois qu’on change de page… Néanmoins, elle est top en lampe de poche puisque la lampe LED est assez forte.
4- J’ai craqué sur cette broche il y a quelques années, je la trouvais vraiment chouette. Mais je ne pensais pas la porter aussi souvent (et je ne pensais pas non plus que ce ne serait que le début de ma passion pour les broches !!). Elle est de très bonne qualité, en bois, avec un extrait du livre collé dessus. En plus, toutes les broches sont différentes, puisqu’elles reprennent différents extraits du livre avec malgré tout un mot, un nom de personnage permettent de reconnaître le livre dont il est extrait.
5- Double emploi pour cette lampe qui en plus d’avoir un éclairage doux et agréable peut servir de marque-page !
6- J’adore prêter mes livres, faire faire de nouvelles découvertes aux gens que je connais (bon, apparemment, je suis tellement maniaque que certains sont angoissés à l’idée d’abîmer mes livres…), mais franchement, je suis bien souvent perdue et je ne sais plus à qui j’ai prêté quoi ! Avec ce kit pour faire sa propre bibliothèque, c’est parfait pour s’y retrouver ! Je crois que je vais bientôt craquer histoire de ne pas perdre le fil de mes différents prêts ! (Ah et c’est aussi un moyen d’éviter d’écrire mon nom directement sur les livres, je déteste ça !)
7- Pour boire un petit chocolat chaud tout en lisant Outlander cette tasse est idéale ! C’est une création de Victoria, de Mango & Salt, la créatrice du #clublectureMS, j’adore cette tasse ! (Dommage qu’il n’y ai pas une photo de Jamie en plus ! ❤ )
8- Voilà un chargeur pour les smartphones qui ne ferait pas tâche dans ma bibliothèque ! Dans la boutique, il y a plusieurs modèles de livres, pour tous les goûts !
9- En super-méga-grande fan de Harry Potter, j’ai très envie d’acquérir une baguette comme dans les livres. (même toutes) Mon frère possède la baguette de Sureau, et la qualité est vraiment superbe. Quant à moi, c’est celle de Sirius avec ses runes qui me plaît beaucoup ! J’aimerais bien la commander sur Internet, mais je crois que je vais attendre de pouvoir aller dans les studios à côté de Londres pour l’acheter… Et ce sera encore plus magique !

Bon, je vous laisse, je vais aller acheter certains de ces articles de ce pas ! 😉

[Lecture] L’adoption

BD L'ADOPTION

Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

C’est en suivant le compte Snapchat de Cy. (mais si ! Elle est dessinatrice et elle officie sur son blog (je viens d’ailleurs de lire sa contribution aux 23h de la BD ❤ ) et fait des articles pour Madmoizelle !) que j’ai découvert cette bande-dessinée.
Le thème de l’adoption me plaît beaucoup et les histoires qui s’y rapportent sont très souvent touchantes. Quand Cy a posté quelques photographies des planches, le dessin était tellement joli que cela m’a convaincue. Bref, je l’ai commandé jeudi soir et il a atterrit dans ma boîte aux lettres ce samedi matin.
Ajoutez à ce cela une flemme immense de travailler et une grosse envie de rester en pyjama avec mon chien à mes côtés sur mon lit et vous avez les conditions parfaites pour lire !

Par contre, je ne m’attendais pas à ressortir de cette bande-dessinée avec une grosse boule dans la gorge et les larmes aux yeux…
On découvre l’arrivée de Qinaya dans sa famille adoptive à travers la relation que son grand-père bourru va nouer avec elle. Au départ réfractaire à son arrivée, une relation complètement attendrissante va naître entre eux. ❤

Les dessins sont vraiment magnifiques et le grand format de la bande-dessinée permet d’en profiter au maximum et de les admirer dans les meilleures conditions.

Afficher l'image d'origine

(Par contre, cette classe de maternelle avec 10 élèves, croyez moi, ce n’est pas du tout la réalité !)

Je ne m’attendais pas du tout à la fin de l’histoire, vraiment inattendue. Mais qui pour le coup promet une deuxième partie super intéressante ! Je ne sais pas quand va sortir ce deuxième tome mais j’ai vraiment super hâte de le lire !

Une bande-dessinée vraiment très touchante que je vous recommande très très chaudement !

En 2016, j’ai lu… (avril)

Avec 2 semaines de vacances pendant ce mois d’avril, j’ai eu un peu plus le temps de lire et j’avoue que ça m’a fait du bien ! Malgré mon concours d’instit durant cette période, j’ai pu me détendre avec un bouquin dans une main et mon chien à portée de caresses pour l’autre, des moments très appréciables avant d’endurer une looooooooongue période avant les vacances d’été.
Ce mois-ci, j’ai donc lu :

  • Max de Sarah Cohen-ScaliLe roman débute en 1936 à Steinhöring, en Bavière, dans le premier foyer du programme « Lebensborn », initié par les services de Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis y mettent au monde les représentants de la race aryenne, afin de créer une jeunesse parfaite, destinée à régénérer l Allemagne, puis l Europe occupée par le Reich. Max, un bébé qui s apprête à naître, déjà nourri de la doctrine nazie dans le ventre de sa mère, tient absolument à voir le jour le 20 avril, date anniversaire du Führer, afin d être un prototype parfait. Max, rebaptisé Konrad, grandit, sans affection, sans tendresse, sans maman, selon les critères d éducation de la doctrine nazie. A quatre ans, il devient la mascotte du foyer. On l’utilise pour aider à kidnapper des enfants polonais. A six ans, il fait un séjour à Kalish, une école où sont germanisés les enfants kidnappés. Là, il rencontre Lukas, un jeune Juif polonais rebelle, qui a tous les critères physiques de la race aryenne. Konrad se prend d amitié pour lui. C est la première fois qu il s attache à quelqu un. A partir de cet instant, ses croyances nazies vont être sérieusement ébranlées…

J’avais lu l’avis de Krokette sur ce livre et cela m’a tout de suite donné envie de le lire. (rapport à ma passion pour la période, pour ceux du fond qui n’ont pas suivi 😉 )
Déjà, la couverture est choquante. Un fœtus entouré de mesures diverses et avec un brassard nazi, forcément, ça interpelle.
On suit la vie de Max/Konrad, né du programme Lebensborn, et qui adule Hitler avant même sa naissance. Avant même de naître, il est complètement enrôlé dans la doctrine nazie, grâce à qui il est né. Pour lui, le nazisme, c’est le bien. Forcément, il ne connait que ça.
Bien qu’étant un enfant, il a une réflexion d’adulte nazi et cela donne des moments assez glaçants.
On sent qu’il y a une grande documentation de l’auteur pour écrire ce roman, et c’est encore plus flippant de savoir que tout cela a réellement existé.
Je vous le conseille mille fois, puisque malgré des scènes difficiles et le sujet glaçant, c’est un excellent moyen de s’informer. L’histoire est inventée mais les différents évènements de la vie des personnages ne le sont malheureusement pas…

(attention, c’est un roman classé « adolescent », mais il faut quand même être bien accroché/accompagné pour s’y attaquer)

  • Summertime (season song 1) de Jacinthe Nitouche et Fleur Hana

summertime

Le premier tome de la série Season Song écrite par Jacinthe Nitouche & Fleur Hana.

Lou-Ann…
Elle n’a jamais quitté son quartier de  Perpignan, travaille depuis toujours dans le même bar et retourne chaque soir auprès de sa mère alcoolique.

Son rêve ? Aller à Paris.
Sixtine…
Elle a abandonné des études dans une grande école, n’a aucune perspective d’avenir et fuit l’univers doré de ses parents.

Son rêve ? Quitter Paris.
Elles n’auraient jamais dû se rencontrer.
Et pourtant, elles vont devoir faire route ensemble, affronter leurs peurs et se découvrir elles-mêmes. Embarquez dans Summertime, un road trip autant qu’une ode à la vie, célébrés par une amitié aussi improbable que riche.

J’ai adoré ce livre et je vous donnais mon avis détaillé par ici.
Si jamais vous avez la flemme de lire l’article en entier, sachez juste que j’ai vraiment adoré et que je vous le conseille vivement !

  • Souvenirs de l’empire de l’atome de Thierry Smolderen et de Alexandre Clérisse
    1953 : Le Monde est entré dans l’âge de l’Atome, mais un homme s’interroge sur la civilisation qui l’entoure. Cet homme, c’est Paul un écrivain de science fiction qui depuis son enfance vit en contact télépathique avec le héros d’une épopée galactique située dans un lointain futur.
    Le cas de Paul devient célèbre à la suite d’un article. Gibbon Zelbub, consultant bien connu du Pentagone et de l’industrie américaine, commence alors à s’intéresser à lui. Dans un laboratoire du Vermont, « l’homme qui dialoguait avec le futur » va subir une expérience hypnotique qui lui fera commettre l’irréparable et briser l’honneur de son ami Zarth Arn, héros de l’Empire Galactique…

Ce n’était pas vraiment ce à quoi je m’attendais et j’ai donc été un peu déçue… En fait, comme d’habitude, je n’avais pas lu le résumé du livre avant de l’acheter. Comme il s’agissait des mêmes auteurs que pour L’été diabolik j’ai pensé naïvement avoir à faire au même type d’histoire.
Ici, on est plutôt dans une histoire de science-fiction avec des allers-retours entre les années 1950 et une époque distante de plusieurs milliers d’années dans le futur. Paul vit dans les années 1950 et est en contact télépathique avec Zarth Arn, héros de l’Empire Galactique.
L’histoire m’a semblé un peu tordue, et je me suis parfois perdue entre les différentes époques… Par contre, je suis toujours autant fan du graphisme et des couleurs qui sont vraiment magnifiques. Rien que pour ça, je suis contente de l’avoir lu !!

  • Outlander – Le chardon et le tartan de Diana Gabaldon
    https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/51Gke23MifL._SX340_BO1,204,203,200_.jpg1945. Claire passe ses vacances en Écosse, où elle s’efforce d’oublier la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front. Au cours d’une balade, la jeune femme est attirée par un mégalithe, auquel la population locale voue un culte étrange. Claire aura tôt fait d’en découvrir la raison : en s’approchant de la pierre, elle se volatilise pour atterrir au beau milieu d’un champ de bataille.

    Le menhir l’a menée tout droit en l’an de grâce 1743, au coeur de la lutte opposant Highlanders et Anglais. Happée par ce monde inconnu et une nouvelle vie palpitante, saura-t-elle revenir à son existence d’autrefois ?

Je l’avais commencé en début d’année, en suivant les recommandations des membres du #clublectureMS qui sont unanimes sur cette série. Mais bon, je n’ai pas vraiment réussi à accrocher…
Je m’y suis remis pendant les vacances parce que je veux regarder la série dans le cadre de mon Challenge séries mais la saison 1 correspondant au tome 1, je préférais lire le livre avant.
Et je ne l’ai pas regretté !! J’ai dévoré le tome 1, en lisant parfois plus d’une centaine de pages par jour (et vu tout ce que j’avais à faire pendant ces vacances, cela relève de l’exploit !)
On s’attache vite aux personnages finalement et l’histoire est tellement rythmée qu’on a hâte de savoir ce qui va se passer ensuite.
C’est rocambolesque (et parfois totalement fantasque) mais j’ai adoré.
Et du coup, j’ai enchaîné avec le tome 2 dans la foulée ! (même si mon rythme de lecture a fortement ralenti avec la reprise du boulot…)

  • Chroniques de Jérusalem de Guy Delisle

Guy Delisle et sa famille s’installent pour une année à Jérusalem. Mais pas évident de se repérer dans cette ville aux multiples visages, animée par les passions et les conflits depuis près de 4 000 ans. Au détour d’une ruelle, à la sortie d’un lieu saint, à la terrasse d’un café, le dessinateur laisse éclater des questions fondamentales et nous fait découvrir un Jérusalem comme on ne l’a jamais vu.

J’avoue, la ville de Jérusalem, je ne la connais que de nom. Sinon, de son architecture, de son histoire, je ne connais pas grand chose hormis les conflits qui y règnent…
J’ai donc encore une fois craqué pour un livre de Guy Delisle. Cette fois-ci, c’est différent des précédentes bandes-dessinées que j’ai lu, puisqu’au lieu de partir seul pour son travail, il part avec sa famille, en raison du travail de sa femme. Cela lui laisse donc plus de temps pour explorer la ville et ses environs.
J’ai appris beaucoup de choses sur Jérusalem et les communautés qui y vivent.
J’ai vraiment aimé cette bande-dessinée et le trait de Guy Delisle y est pour beaucoup. C’est à la fois simple mais réaliste…
Bref, j’ai adoré !

  • Les wonderwomen aussi mettent une culotte gainante de Mathou

Des dessins qui font du bien au corps, au coeur et à l’âme pour les gourmandes, les femmes pas parfaites, les working girls, les filles qui s’assument, les mamans rigolotes. Derrière le vernis de la perfection, toutes les femmes et toutes les mères sont en réalité juste normales : elles font ce qu’elles peuvent. Elles mangent du chocolat (et pas seulement du noir 70 %), chantent (trop) fort après trois apéros, plantent à l’occasion leurs enfants devant la télé, se mettent de l’anti-cernes et parfois même une culotte gainante !

Mathou est l’auteure du blog Crayon d’humeur (et que je suis principalement sur sa page facebook) et je l’adore !
J’aime beaucoup ses dessins que je trouve plein de dynamisme, et surtout, bourrés d’humour. Dans ce livre, elle reprend des posts internet, mais en ajoute aussi des inédits qui sont tout aussi drôles ! Pas besoin d’être maman pour se reconnaître dans ses dessins. Je crois que bon nombre de personnes peuvent se reconnaître dans les différentes situations.
J’ai beaucoup aimé ce livre, pas prise de tête et qui permet de rire un peu 🙂

(Si vous passez par Angers, la boutique Paillette vend des badges et des affiches dessinés par Mathou, autant vous dire que j’ai craqué lors de ma dernière visite… Sinon, il y aussi des bijoux vendus sur la boutique Etsy de Party Pop. Là aussi j’en ai commandé et ils sont tops !)

[Lecture] Summertime de Jacinthe Nitouche et Fleur Hana

summertime

Le premier tome de la série Season Song écrite par Jacinthe Nitouche & Fleur Hana.

Lou-Ann…
Elle n’a jamais quitté son quartier de  Perpignan, travaille depuis toujours dans le même bar et retourne chaque soir auprès de sa mère alcoolique.

Son rêve ? Aller à Paris.
Sixtine…
Elle a abandonné des études dans une grande école, n’a aucune perspective d’avenir et fuit l’univers doré de ses parents.

Son rêve ? Quitter Paris.
Elles n’auraient jamais dû se rencontrer.
Et pourtant, elles vont devoir faire route ensemble, affronter leurs peurs et se découvrir elles-mêmes. Embarquez dans Summertime, un road trip autant qu’une ode à la vie, célébrés par une amitié aussi improbable que riche.

C’est rare que je chouine en lisant un livre (quoique, en ce moment, ça m’arrive de plus en plus !), et là, je ne m’y attendais pas, et elles ont réussi !

C’est l’histoire improbable d’une amitié entre Lou-Ann, coincée dans son quartier pourri, et Sixtine, qui vient de s’échapper de son quartier chic parisien pour atterrir dans le fameux quartier pourri. Elles n’ont apparemment rien en commun, mais en fait, une amitié très forte va se développer entre elles.
Suite à un coup dur (non, je ne vous dirai rien), elles sont contraintes de s’échapper de ce quartier où elles vivent et où elles ne se sentent pas bien.

Elles vont alors partir sur les routes espagnoles au volant de Nina, la 4L de Lou-Ann.
Ensemble, elles vont surtout vivre une merveilleuse aventure ponctuée de cap ou pas cap ? et de défis qu’elles ne pensaient jamais surmonter.

Sixtine et Lou-Ann se sont trouvées l’une et l’autre, mais elles vont aussi, grâce à leur road-trip, apprendre à se connaître elles-mêmes, à repousser leurs limites.
C’est une très belle histoire d’amitié d’aujourd’hui.

Ce que j’aime chez EDB, c’est que les personnages sont comme nous. Elles parlent comme nous, sont pleines d’interrogations, et surtout, elles ne sont pas gnangnan !!
On passe par toutes les émotions dans ce roman : on rit, on chiale, on a peur pour les héroïnes… Mais surtout, on espère qu’elles vont réussir à vivre leurs vies comme elles l’entendent !

La fin m’a laissé sans voix, j’ai adoré ! Même si je ne m’y attendais pas…

La bonne nouvelle, c’est que cette collaboration ne sera pas un one-shot ! D’ailleurs, on peut lire les 2 premiers chapitres du tome 2 à la fin du livre, et franchement, ça donne envie d’aller direct à l’automne 2016 pour pouvoir le lire !!

Mes autres lectures chez EDB : Bora-Bora bitches tome 1,
Bora-Bora bitches tome 2,
Les bottes rouges,
Oh my phone !
Et à part le dernier que j’ai aimé, mais sans gros coup de coeur, les 3 autres, je les ai adoré et je vous invite à les découvrir sans plus tarder !!!