Challenge séries 2016 : bilan de septembre (et début octobre aussi)

Bon, ok… Je suis super méga en retard pour le bilan du mois !
Mais découvrir une nouvelle école et gérer 3 niveaux, c’est chaud ! Et avec tout ça, je rentre le soir crevée et je n’ai pas vraiment d’autre choix que de me mettre à mon ordi uniquement pour bosser…
Et pour ce qui est de regarder des séries, c’est pareil ! Voilà donc un bien maigre bilan :

  • j’ai repris la diffusion américaine de New girl : 4 épisodes

See original image

Ce début de saison ne me satisfait pas plus que ça… Il y avait des situations qui s’annonçaient prometeuses, mais je reste sur ma faim sur leur traitement.
Je continue cependant à bien rire devant cette série et ses personnages que j’adore toujours autant !

  • The Americans : saison 2, 3 épisodes

See original image

J’avais complètement laissé en suspens cette série depuis le début de l’année, mais je l’aime bien.
J’aime cette ambiance pendant la Guerre froide, je trouve ça très intéressant !

  • Ugly Betty : saison 3, 15 épisodes

See original image

Je suis toujours aussi attachée à l’univers de cette série haute en couleurs. J’aime les personnages, les histoires superficielles – mais en fait pas tant que ça – et je trouve qu’elle n’a pas tant vieilli que ça !
Pourtant, le final a eu lieu il y a déjà presque 7 ans ! C’est d’ailleurs drôle de retrouver des guests et de voir comme ils ont changé (ou au contraire de voir des personnes totalement oubliées aujourd’hui 😉 )

  • Brooklyn nine-nine : 3 épisodes

See original image

Bon finalement, j’ai du mal…
J’ai regardé le crossover avec New Girl et il m’a laissé totalement de marbre (d’ailleurs je n’ai pas compris du tout l’intérêt d’un tel crossover, si quelqu’un peut m’éclairer…).
Cette série a pourtant tout pour me plaire, mais l’absence de « fil rouge » entre les épisodes ne me plait pas. Du coup, ce qui s’annonçait prometteur devient laborieux à regarder (même en 22 minutes…).
Je crois bien que je vais finir cette saison 1, mais pas sûre d’aller plus loin pour le moment…

Et c’est tout pour ce challenge !
Pas bien brillant… Mais mercredi, ce sont les vacances, j’espère bien me rattraper ! 🙂

Bilan du mois : 25 épisodes vus
315/577
4 séries terminées (mais je suis à jour dans New Girl en plus !)

En plus de tout cela, j’ai bien évidemment recommencé Grey’s Anatomy

See original image
J’ai aussi découvert une nouvelle série que j’aime vraiment beaucoup : This is Us

See original image

Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre et j’aime beaucoup ! Je suis surprise par chaque épisode et je trouve pour le moment que c’est une série très douce. Avec des bons sentiments, mais pas trop quand même. Et des personnages très attachants et pas toujours dans les « standards » que l’on voit habituellement (et ça fait plaisir !!)
J’attends avec impatience la suite !

J’ai aussi repris la diffusion américaine de Quantico.

See original image

Et cette saison promet encore plus de suspens que la première !!
Cette fois, on retrouve les personnages de la saison 1, certains sont pris au piège dans une attaque terroriste . On alterne avec des évènements qui se sont passés un an auparavant lorsque Alex et Ryan Les complots sont encore une fois au rendez-vous et c’est plus sombre que la première fois !
Chaque fin d’épisode me laisse avec un « oh non !! » de surprise, j’ai hâte là aussi de voir la suite !!

Et voilà pour ce mois de septembre-mi-octobre, avec de bonnes découvertes 🙂

En 2016, j’ai lu… (septembre)

Avec la reprise du boulot, j’ai moins eu le temps de lire, malheureusement…
J’ai aussi très très empêtrée dans le tome 3 de Outlander (oui oui, je l’avais déjà commencé en août…) que j’ai trouvé très long à lire et à la fin j’en avais marre…

Enfin, en septembre, j’ai lu :

  • Paul en appartement, Paul dans le métro, Paul à la pêche et Paul à Québec de Michel Rabagliati

    Voici de retour Paul, qui avance de plus en plus dans la vie, et que l’on retrouve avec Lucie, sa compagne, dans ces 4 tomes.
    J’ai vraiment adoré ces 4 volumes que j’ai trouvé très tendres, doux, à l’image de la vie, avec de bons moments, mais aussi des moments beaucoup plus difficiles à affronter.
    Cette série de bandes-dessinées est un véritable coup de cœur pour moi et je ne vais pas tarder à lire les 2 derniers volumes 😉

    En écrivant cet article, j’ai d’ailleurs découvert qu’un film tiré du tome Paul à Québec était d’ailleurs sorti l’an dernier. D’après ce que j’en vois dans la bande-annonce, il a l’air très fidèle au livre, et je sens qu’il va beaucoup me plaire !

     

  • Coquelicots d’Irak de Brigitte Findalky et Lewis Trondheim

Lewis Trondheim et Brigitte Findakly forment en bande dessinée comme à la ville un duo depuis de nombreuses années. Si la bibliographie pléthorique de Lewis Trondheim n’a plus de secret pour personne, celle de Brigitte Findakly, son épouse et coloriste, quoique toute aussi importante, reste moins connue. De Pif Gadget, à ses débuts, au Chat du Rabbin, des Formidables aventures de Lapinot au Retour à la terre, en passant par Ralph Azham, on lui doit la mise en couleurs d’une centaine d’albums dont certains ont été les plus marquants de ces dernières années.

Avec ce livre à quatre mains, Lewis Trondheim délaisse ses animaux anthropomorphisés et dessine de véritables êtres humains pour raconter l’histoire de celle qui partage sa vie. Née en Irak, d’un père irakien et d’une mère française à l’orée des années 1960, le livre retrace son enfance passée à Mossoul, ville du nord de l’Irak, à une époque où, bien avant l’arrivée au pouvoir de Saddam Hussein, se succèdent coups d’État et dictatures militaires. Déroulant le fil de ses souvenirs, on découvre alors une vie de famille affectée par les aberrations de la dictature et leurs répercussions sur la vie quotidienne, jusqu’à l’inéluctable exil vers la France au début des années 1970. Une arrivée en France elle aussi difficile, une expérience migratoire faite de difficultés administratives, sociales et culturelles.

Dans ce récit qui prend pour toile de fond une triste actualité, Lewis Trondheim et Brigitte Findakly brossent en saynètes percutantes et sans ambages, mais pas moins sensibles, la trajectoire singulière de la coloriste qui, pour la première fois, occupe le premier rôle dans un livre. Ponctué de photos et de parenthèses sur les coutumes, la culture irakienne et les souvenirs de Brigitte Findakly, on partage avec elle, la nostalgie de ceux qui ont laissé derrière eux leur pays d’origine, et les liens fugaces qui subsistent. À l’image des coquelicots qui fanent si vite.

J’ai beaucoup aimé cette bande-dessinée également. Elle est très intéressante concernant les différences culturelles entre la France et l’Irak. C’est un bel ouvrage sur les racines du personnage.
Le dessin est très agréable, coloré, et parfois enfantin. Le contraste avec le sujet abordé est d’ailleurs très intéressant à observer.
Une belle découverte !

  • La Déconfiture (tome 1) de Pascal Rabaté
    Juin 1940. La débâcle de l’armée française et l’exode pour des millions de civils. Les repères quotidiens ont éclaté. C’est le grand chaos. À travers le destin d’un simple bidasse, Pascal Rabaté raconte cet été de désordres et de bouleversements extraordinaires…

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu d’ouvrage en rapport avec la Seconde Guerre mondiale, alors j’ai été « obligée » de craquer pour celui-ci. 😉
C’est une belle bande-dessinée, d’un grand format, qui est très agréable à regarder, malgré le sujet difficile.
On se rend bien compte de la désorganisation qui régnait, de l’incompréhension, du désarrois des soldats et des civils… Les dessins sont parfois difficiles à regarder mais ce n’est pas une mauvaise chose…
Pas un grand coup de cœur pour cet ouvrage mais j’achèterai quand même le tome 2 à sa sortie 😉

  • A hazy shade of winter de Fleur Hana et Jacinthe Nitouche

14333097_567313840145071_4531821924157847601_n

Quand je me lève le matin, elle n’est pas là, à côté de moi. Quand je tends la main, elle ne la saisit pas. Quand j’ouvre les yeux, elle ne me sourit pas.

Au lieu de ça, quand je me lève le matin, c’est à Lolita que je pense. Quand je tends la main, c’est la sienne que je veux tenir. Quand j’ouvre les yeux, c’est ses lèvres que je veux voir s’étirer.

Je ne veux pas oublier Sixtine, je ne peux pas l’oublier. Mais je voudrais essayer de vivre.

Juste vivre…

J’avais vraiment adoré le tome 1, Summertime, alors j’étais très impatiente de lire ce nouveau tome ! (et ravie que EDB éditions me l’ait fait parvenir en avant-première 😉 )
J’ai moins aimé que le tome précédent, mais je ne regrette pas du tout d’avoir revu ces personnages à nouveau ! N’hésitez pas à vous lancer !

Et pour mon avis plus détaillé, cliquez !

  • Culottées de Pénélope Bagieu

Guerrière apache ou sirène hollywoodienne, gardienne de phare ou créatrice de trolls, gynécologue ou impératrice, les Culottées ont fait voler en éclat les préjugés.Quinze portraits de femmes qui ont inventé leur destin.

Super méga gros coup de cœur pour cette bande -dessinée !!
J’avais déjà lu les différents portraits tellement inspirants sur le blog où un portrait parait chaque lundi, mais j’étais ravie de les retrouver en papier !
Les portraits sont super intéressants à suivre et ces femmes sont des exemples chacune dans leur domaine.
Pour ne rien enlever à la force de ces histoires, les dessins de Pénélope Bagieu sont vraiment tops (les doubles pages ❤ ❤ ❤ ❤ )

Je vous le conseille 1000 fois !!!!!!!!

  • Outlander – Le voyage de Diana Gabaldon

Vingt années se sont écoulées depuis le périple de Claire Beauchamp-Randall dans l’Ecosse du XVIIe siècle. Si l’infirmière britannique a refait sa vie depuis, le souvenir de Jamie Fraser et des années tumultueuses vécues ensemble reste intact. Aussi, lorsqu’elle apprend qu’il a survécu à la sanglante bataille de Culloden ayant marqué la défaite de l’armée écossaise, elle se trouve confrontée à un terrible dilemme. En remontant une nouvelle fois le temps, retrouvera-t-elle celui qu’elle a quitté deux décennies auparavant ?

Si je devais résumer ma lecture en un mot, ce serait : laborieuse.
J’ai beaucoup aimé le début avec des allers-retours entre les Highlands du XVIIème et 1968. Le côté enquête était sympa et j’aime bien le personnage de Brianna.
Et c’est une fois Claire revenue auprès de Jamie que cela m’a gonflée… J’ai trouvé déjà qu’elle le retrouvait trop facilement. Ensuite, j’ai trouvé les péripéties un peu grosses.
Enfin, c’était looooooooooooooong ! Alors oui, je suis au courant que c’est un peu le propre de la série, de longues péripéties, de longues descriptions… Mais là, allez savoir pourquoi, ça m’a gonflée. Peut-être parce que depuis quelques mois j’enchaîne surtout les bandes-dessinées qui sont assez rapides à lire pour la plupart, bref, ça m’a gonflé !
Il n’empêche que j’étais contente de retrouver les personnages ! Mais je crois que pour les tomes suivants, je vais me contenter de la sortie de la série télé et ne pas m’infliger des lectures aussi longues…

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

[Lecture] A hazy shade of winter – Season song 2 – Jacinthe Nitouche et Fleur Hana

Il y a quelques mois, j’avais lu Summertime qui était le tome 1 de cette série. J’avais d’ailleurs complètement adoré et la fin m’avait laissé toute larmoyante…
J’ai eu la chance de recevoir en avant-première la suite de cette aventure qui m’avait tant plu et je vous en parle aujourd’hui !

Attention ! Pour parler de ce livre, un méga spoil du tome 1 est présent !

Quand je me lève le matin, elle n’est pas là, à côté de moi. Quand je tends la main, elle ne la saisit pas. Quand j’ouvre les yeux, elle ne me sourit pas.

Au lieu de ça, quand je me lève le matin, c’est à Lolita que je pense. Quand je tends la main, c’est la sienne que je veux tenir. Quand j’ouvre les yeux, c’est ses lèvres que je veux voir s’étirer.

Je ne veux pas oublier Sixtine, je ne peux pas l’oublier. Mais je voudrais essayer de vivre.

Juste vivre…

On retrouve donc les mêmes personnages que dans le tome 1, Mehdi, Lou-Ann et Ugo, qui réapprennent à vivre après la mort de Sixtine. Même si cette dernière est décédée, elle est omniprésente dans ce tome. Notamment pour Medhi, qui est toujours amoureux de Sixtine, sort tout juste de prison et est complètement paumé.
Surtout qu’il va rencontrer Lolita, et qu’elle va elle aussi chambouler sa vie.

J’ai bien aimé la nouvelle relation qui se tisse entre Mehdi et Lolita. Cependant, c’est le genre de relation torturée que j’ai l’impression de voir un peu tout le temps… C’est dommage.

J’aurai également aimé voir plus Lou-Ann. Elle était au centre du livre précédent, elle a perdu celle qui était devenue sa meilleure amie, et ce qu’elle ressent est peu évoqué dans ce tome. J’aurais aimé voir comment elle s’en sortait, comment elle apprenait à vivre avec l’absence.

Les rôles s’inversent, Medhi qui était un personnage secondaire dans le tome 1 devient personnage principal, et Lou-Ann qui était personnage principal devient un personnage secondaire.
De même, on est plus dans une histoire d’amitié mais dans une histoire d’amour, même si l’amitié est toujours évoquée !

En fait, même si j’ai été complètement ravie de retrouver les personnages (et plus tôt que prévu en plus !), j’ai été déçue de ne pas les retrouver comme je m’y attendais. (Bon après, évidemment, c’est de ma faute aussi, je n’avais qu’à pas me faire de plans sur la comète ! 😁) J’ai donc préféré le premier tome, notamment grâce au road-trip, aux questionnements et à la fin qui m’a laissée pantoise. Ce deuxième tome est plus « calme », on entre plus profondément dans la psychologie des deux personnages principaux, on reste dans les mêmes lieux… Attention, ce n’est pas pour ça qu’il est moins intéressant 😊

Par contre, comme à chaque fois que je lis une publication de chez EDB (comme Bora Bora Bitches (tome 1 et tome 2), Oh my Phone, Les Bottes Rouges ❤️, Et Zia met son nez partout), j’apprécie vraiment le fait que les héroïnes soient actuelles et me « ressemblent » dans leurs façons de parler et avec leurs inquiétudes modernes.

A hazy shade of winter – Season song 2 de Jacinthe Nitouche et Fleur Hana, sort donc le 1er octobre et vous pourrez vous le procurer pour 17€ (format papier ET ebook) en cliquant sur ces mots 😉

Enregistrer

Challenge séries 2016 : bilan d’août

Malgré la reprise du boulot depuis le 15 août (à une fréquence pas trop élevée, mais reprise du boulot quand même…), j’ai pas mal avancé durant le mois d’août.
Voici donc mon bilan :

  • la fin de la saison 4 + la saison 5 de New Girl ->  31 épisodes

See original image

J’ai vraiment adoré ces deux saisons !! Et j’ai vraiment hâte que la saison 6 reprenne ! J’ai beaucoup rigolé et j’ai même chouiné un peu… Les personnages sont tous aussi fous les uns que les autres, ils sont super attachants… Bref, une série formidable que je regrette de ne pas avoir regardé avant !
Je suis maintenant à jour avec la diffusion américaine qui reprend à la fin septembre. Vite, vite vite !!!

  • Peaky Blinders -> 2 épisodes

Afficher l'image d'origine

J’ai juste terminé la saison 1 pour ce mois-ci. Même si j’adore vraiment l’ambiance de cette série (et sa musique ❤ ) (et Cillian Murphy ❤ ), j’avais envie de quelque chose de plus léger. J’ai cependant très envie de continuer pour voir comment les différentes manigances restées en suspens vont s’organiser.

  • Ugly Betty -> saisons 1 et 2 : 41 épisodes

See original image

Quand je dis que j’avais envie de quelque chose de plus léger, en fait, j’avais juste envie de regarder les dvds de Ugly Betty qui traînent dans mon placard depuis Noël 🙂
J’ai bien avancé dans la série, puisque j’en ai regardé la moitié. J’avais déjà vus ces épisodes il y a très longtemps, lors de la diffusion sur TF1, mais je ne les avais jamais revus, surtout en VO. J’ai donc adoré retrouver cet univers déjanté, ces couleurs criardes et ces personnages complètement exagérés.
Je vais essayer de regarder au moins la saison 3 ce mois-ci, puisque j’aime bien les différentes intrigues qui arrivent 🙂

  • Jessica Jones -> 1 épisode

See original image

J’ai terminé un épisode que j’avais en cours depuis longtemps. Mais je peine vraiment beaucoup à terminer cette série… Et pourtant, il n’y a qu’une seule saison !

 

J’ai également switché Dexter, que j’ai remplacé par Brooklyn Nine-nine.

  • Brooklyn Nine-nine -> 11 épisodes

See original image

La vie au sein du commissariat de police de Brooklyn n’est pas de tout repos : une pléiade d’inspecteurs un poil loufoques doivent jongler entre leur mission de protéger et servir les habitants de la ville, leur vie personnelle et surtout celle du bureau.

J’aime bien cette série et ses personnages caricaturaux mais très drôles.
J’ai eu un peu de mal à m’y faire au début mais là, ça commence à devenir intéressant avec de vraies histoires qui se créent entre les personnages.Je vais essayer d’en regarder le plus possible pour rattraper la diffusion américaine, et pour voir rapidement le cross-over qui va être fait avec New Girl (yeah !!!!!).

Bilan du mois : 86 épisodes vus
290/568
5 séries terminées (puisque je suis à jour dans New Girl)

Le bilan de septembre promet d’être bien plus maigre, reprise de l’école oblige, mais j’ai dépassé la moitié des épisodes que je devais voir pour le challenge, et rien que pour ça, je suis bien contente !!

Hors challenge, j’ai recommencé à regarder How I met your mother (les épisodes sont d’une durée idéale pour ma pause déjeuner 🙂 ), et j’adore retrouver les personnages !

See original image

J’avais oublié beaucoup de choses depuis que j’ai vu ces épisodes, et c’est la première fois que je les revois dans l’ordre, depuis le début. J’aime bien voir les débuts des personnages qui ont bien changé au fil des saisons ! ah et je me rends compte que Barney est vraiment tordu quand même (mais il est tordant alors je lui pardonne !)

  • J’ai découvert une nouvelle série et je l’adore !!

See original image

Superstore se passe donc dans un supermarché et on y suit ses employés. Chaque épisode se termine à la fin de leur journée de travail et tout se passe au supermarché. Quiprocos, situations improbables, personnages super chouettes… J’adore cette série ! La première saison comporte seulement une dizaine d’épisode mais j’espère bien qu’il y en aura plus dans la suivante !
Petit bonus, on retrouve America Ferrara en tête d’affiche, Ugly Betty a bien changé, et elle est super chouette dans son rôle !

En 2016, j’ai lu… (août #2)

Comme prévu, je consacre un deuxième article à mon bilan de mes lectures d’août histoire que ce soit moins rébarbatif à lire ! 😉
J’ai un peu moins lu durant la deuxième partie de ce mois, plus de sorties et la rentrée à préparer, c’est moins de temps à consacrer à la lecture… J’ai surtout lu des bandes-dessinées d’ailleurs, pour la simple et bonne raison que je suis en train de lire le tome 3 de Outlander et que c’est un gros pavé ! Alors comme j’ai du mal à le lire d’une traite, j’espace avec des superbes bandes-dessinées 🙂

Pour finir le mois, j’ai donc lu :

  • Rosalie Blum de Camille Jourdy
    (initialement parue en trois tomes, mais j’ai acheté une version intégrale regroupant tous les tomes)

Vincent Machot connaît sa vie par cœur. Il la partage entre son salon de coiffure, son cousin, son chat, et sa mère bien trop envahissante. Mais la vie réserve parfois des surprises, même aux plus prudents… Il croise par hasard Rosalie Blum, une femme mystérieuse et solitaire, qu’il est convaincu d’avoir déjà rencontrée. Mais où ? Intrigué, il se décide à la suivre partout, dans l’espoir d’en savoir plus. Il ne se doute pas que cette filature va l’entraîner dans une aventure pleine d’imprévus où il découvrira des personnages aussi fantasques qu’attachants. Une chose est sûre : la vie de Vincent Machot va changer…

Des mois que cette bande-dessinée traînait sur mon étagère… J’avais très envie de la lire, mais comme je pressentais qu’elle allait me plaire, j’avais envie d’attendre un peu et de prolonger ce moment de la découverte (oui, je suis folle parfois).
Profitant du soleil, j’ai enfin pris le temps de découvrir cette bande-dessinée, tranquillement sur ma terrasse. Et je n’ai, bien évidemment, pas été déçue.
Vincent a une vie plutôt ennuyante, coincé entre son salon de coiffure hérité de son père et son appartement juste en-dessous de chez sa mère, qui est folle. Un jour, il croise une femme qu’il a l’impression de connaître. Pas moyen de se souvenir qui elle est, alors il décide de la suivre. Il va ainsi connaître certaines de ses habitudes et surtout son nom.
Au fur et à mesure de ses filatures, Vincent va se retrouver pris à son propre piège et il va ainsi faire des rencontres étonnantes, qui vont changer sa vie.
C’est une bande-dessinée très douce, tant par l’histoire que par ses dessins. Les couleurs choisies et les grandes cases sans texte invitent à la douceur, à prendre son temps lorsque l’on a cet ouvrage entre les mains. J’ai beaucoup apprécié l’ambiance qui se dégageait de ce livre.
L’histoire quant à elle m’a plu, je m’attendais un peu à la fin mais j’ai aimé la manière dont c’est traité.

Il existe aussi un film, sorti en début d’année (initialement, j’ai acheté la BD en février pour pouvoir la lire avant  d’aller voir le film lors de sa sortie en salle…) et qui vient de sortir en DVD. Vincent Machot est alors joué par Kyan Khojandi (que j’adoooooooooooore !!!!) et Rosalie Blum par Noémie Lvovsky. Je l’ai vu juste après avoir lu la BD et c’est vraiment très fidèle à l’histoire. La douceur qui se dégageait du livre est aussi très présente dans le film. C’était très agréable à regarder, avec des petites pointes d’humour très chouettes.

  • Salam Toubib – Chroniques d’un médecin appelé en Algérie, 1959-1961 de Marc Védrines  et Claire Dallanges.

Jacques Tardieu est un jeune homme brillant de 24 ans qui vient de réussir sa thèse de médecine. Pourtant, il résilie son sursis d’incorporation et part en Algérie comme médecin. Il y débarque en 1959 et se retrouve pris dans un engrenage fait de hasards administratifs et d’obligations militaires. Dans ce cadre hostile, sur fond de crise politique et de menace terroriste, il doit trouver sa place.

Je ne suis pas particulièrement au courant de ce qui s’est passé en Algérie (bien qu’un de mes grand-père soit allé là-bas…) mais j’ai quand même eu envie de m’intéresser à cette bande-dessinée, principalement pour m’informer sans le côté chiant des livres que ma grand-mère me file régulièrement (et que je ne lis jamais).
L’histoire commence avec la fille du médecin, qui doit se rendre à un repas de famille avec son père. Elle a alors plusieurs heures de train à faire en tête à tête avec lui, et cela ne l’enchante pas vraiment.
Par hasard, elle va le questionner sur ce qu’il a vécu en Algérie et il va alors lui raconter son histoire de médecin appelé.
Le récit alterne alors entre les souvenirs du médecin et les retours au voyage en train, au gré des pauses que le train fait dans la campagne.
Au-delà de ce que l’on apprend sur la guerre d’Algérie, j’ai beaucoup aimé voir comment le récit du père influe sur la façon dont le perçoit sa fille. Elle comprend peu à peu ce qui fait qu’il est Lui. Et ce moment passé dans le train va influer sur leur relation future, et je trouve ça chouette 🙂

  • Quoi de plus normal qu’infliger la vie ? de Oriane Lassus
    Quoideplusnormal

    Avec “Quoi de plus normal qu’infliger la vie ?”, Oriane Lassus interroge avec une intelligence acide et sensible la question de la nulliparité.
    Et si la réponse n’était pas si évidente que ça ? Et si on pouvait ne pas trouver ça “normal”, justement, de procréer ?

    À travers le regard et l’environnement d’une protagoniste anonyme, c’est le jeu d’influences imposé par une société normative qui est questionné, et la difficulté pour les femmes de faire un choix intime : “Tu changeras d’avis, tu verras.” ou le fatal “Tu le regretteras quand tu mourras seul·e et abandonné·e de tous”. D’où vient cette évidence supposée ? Comment penser en dehors de cette évidence ? “Quoi de plus normal qu’infliger la vie ?” s’intéresse aux normes familiales, sociétales, affectives qui régentent aujourd’hui la vie de tout adulte un tant soit peu poreux aux jugements de son prochain.

Je m’intéresse de plus en plus aux récits et aux articles qui traitent des gens qui ne veulent pas avoir d’enfant. Et surtout sur les injonctions de la société qui accompagnent ce souhait.
« Tu verras plus tard, tu changeras d’avis. » « C’est parce que tu n’as pas encore rencontré LE mec. » « Et t’es sûre de ne pas le regretter un jour ? »…
Bizarrement (ou pas), ces injonctions concernent les femmes en majorité, puisque c’est bien connu, notre rôle sur Terre est seulement de procréer.
Dans ce livre, c’est toutes ces injonctions, directes ou non, qui sont reprises.
Si le postulat de départ me plaisait, je n’ai cependant pas été séduite pas le dessin. Entièrement en noir et blanc (mais bon, ça, ça ne me gêne pas), il est parfois vraiment surchargé et cela donne une dimension assez anxiogène. (Ajoutez à cela le fait que je l’ai lu en ayant un gros mal de tête, ça n’a certainement pas aidé !)
Une bonne bande-dessinée pour l’histoire, moins pour les dessins selon moi.

  • Le grand méchant renard de Benjamin RennerFace à un lapin idiot, un cochon jardinier, un chien paresseux et une poule caractérielle, un renard chétif tente de trouver sa place en tant que grand prédateur. Devant l’absence d’efficacité de ses méthodes, il développe une nouvelle stratégie. Sa solution : voler des œufs, élever les poussins, les effrayer et les croquer. Mais le plan tourne au vinaigre lorsque le renard se découvre un instinct maternel.

Cela faisait plusieurs mois que j’avais repéré cette bande-dessinée (elle faisait partie d’une sélection pour La BD fait son festival 2016 mais j’avais reçu Allo docteur Laura ? à la place). C’est encore grâce à une publication sur le #clublectureMS où quelqu’un disait l’avoir adoré que j’ai fini par craquer 😉 Et je ne le regrette pas !
J’ai dévoré cette bande-dessinée en un rien de temps.
J’ai adoré les personnages : le renard maladroit qui ne fait peur à personne, le loup qui fait peur à tout le monde, la poule complètement folle, le cochon et le lapin qui ne sont pas malins, le chien qui ne fout rien et les poussins trop mignons… Bref, un casting parfait !
Le plan du renard et du loup semble bien rôdé : capturer des poussins pour pouvoir les manger ensuite. Mais quand les poussins se mettent à appeler le renard « maman » et à se prendre eux-mêmes pour des renards, ça ne va plus du tout !
La bande-dessinée est remplie de moments drôles et d’autres moments idiots, que j’ai adoré.

C’est léger, c’est drôle, c’est même attendrissant… Une BD parfaite !! Gros coup de cœur pour ce livre !

  • Paul à la campagne de Michel RabagliatiPremier livre de la série, le personnage de Paul est peu défini. On y parle toutefois de ses vacances à la campagne, chez sa grande-tante, où il apprend pour la première fois ce qu’est la mort avec celle d’un oiseau et du père de son meilleur ami. À travers ce récit se glisse aussi une partie de son enfance, à St-Léonard. Finalement, dans une courte histoire, il apprend par le biais du travail de son père ce qu’est la typographie, toujours à la fin des années ’60.

Le premier tome de cette série m’a bien plu. Cet album est découpé en deux histoires : la première où Paul, adulte, se remémore son enfance et ses premiers souvenirs d’une confrontation à la mort. Je n’ai pas trop aimé cette histoire, certainement à cause du fait qu’elle soit un peu décousue…
Cependant, j’ai beaucoup aimé la seconde histoire où Paul accompagne son père dans son atelier de typographie. Déjà, j’ai appris des choses puisque je n’y connais rien en typographie 😉
Et j’ai trouvé cette histoire très tendre, et surtout la dernière case 😉 C’est surtout l’histoire de la relation entre un père et son fils qui est retracée là, et c’était chouette 🙂

  • Paul a un travail d’été de Michel Rabagliati

Apprenti-typographe peu glorieux, Paul se voit proposer un poste d’animateur pour un centre de vacances dirigé par un ami. Néophyte dans le domaine, il va pourtant vite trouver du plaisir à la fonction qui lui vaudra des souvenirs pour la vie.

Revoilà Paul dans le deuxième tome de ses « aventures ». Cette fois-ci, il va devoir quitter sa vie d’adolescent glandeur pour aller travailler dans un camp d’été, dans les bois, avec des enfants, pour leur faire faire de l’escalade. Dans tous ces domaines, il n’y connait rien. Et c’est en partie ce qui va le rendre touchant.
J’ai beaucoup aimé cette histoire. Notamment quand Paul, adulte, revient sur les lieux de ce camp. On sent que tout ce qu’il y a vécu façonne l’adulte qu’il est aujourd’hui.
Dans le premier tome, je ne m’étais pas tant attachée au personnage de Paul. Maintenant, c’est chose faite.

J’espère réussir à garder cette cadence avec le boulot qui vient de reprendre (et 3 niveaux à m’occuper !!!!!), mais ce n’est pas gagné… C’est d’autant plus dommage que j’ai à peu près une tome d’ouvrages merveilleux qui m’attendent…


Enregistrer

Enregistrer