En 2016, j’ai lu… (septembre)

Avec la reprise du boulot, j’ai moins eu le temps de lire, malheureusement…
J’ai aussi très très empêtrée dans le tome 3 de Outlander (oui oui, je l’avais déjà commencé en août…) que j’ai trouvé très long à lire et à la fin j’en avais marre…

Enfin, en septembre, j’ai lu :

  • Paul en appartement, Paul dans le métro, Paul à la pêche et Paul à Québec de Michel Rabagliati

    Voici de retour Paul, qui avance de plus en plus dans la vie, et que l’on retrouve avec Lucie, sa compagne, dans ces 4 tomes.
    J’ai vraiment adoré ces 4 volumes que j’ai trouvé très tendres, doux, à l’image de la vie, avec de bons moments, mais aussi des moments beaucoup plus difficiles à affronter.
    Cette série de bandes-dessinées est un véritable coup de cœur pour moi et je ne vais pas tarder à lire les 2 derniers volumes 😉

    En écrivant cet article, j’ai d’ailleurs découvert qu’un film tiré du tome Paul à Québec était d’ailleurs sorti l’an dernier. D’après ce que j’en vois dans la bande-annonce, il a l’air très fidèle au livre, et je sens qu’il va beaucoup me plaire !

     

  • Coquelicots d’Irak de Brigitte Findalky et Lewis Trondheim

Lewis Trondheim et Brigitte Findakly forment en bande dessinée comme à la ville un duo depuis de nombreuses années. Si la bibliographie pléthorique de Lewis Trondheim n’a plus de secret pour personne, celle de Brigitte Findakly, son épouse et coloriste, quoique toute aussi importante, reste moins connue. De Pif Gadget, à ses débuts, au Chat du Rabbin, des Formidables aventures de Lapinot au Retour à la terre, en passant par Ralph Azham, on lui doit la mise en couleurs d’une centaine d’albums dont certains ont été les plus marquants de ces dernières années.

Avec ce livre à quatre mains, Lewis Trondheim délaisse ses animaux anthropomorphisés et dessine de véritables êtres humains pour raconter l’histoire de celle qui partage sa vie. Née en Irak, d’un père irakien et d’une mère française à l’orée des années 1960, le livre retrace son enfance passée à Mossoul, ville du nord de l’Irak, à une époque où, bien avant l’arrivée au pouvoir de Saddam Hussein, se succèdent coups d’État et dictatures militaires. Déroulant le fil de ses souvenirs, on découvre alors une vie de famille affectée par les aberrations de la dictature et leurs répercussions sur la vie quotidienne, jusqu’à l’inéluctable exil vers la France au début des années 1970. Une arrivée en France elle aussi difficile, une expérience migratoire faite de difficultés administratives, sociales et culturelles.

Dans ce récit qui prend pour toile de fond une triste actualité, Lewis Trondheim et Brigitte Findakly brossent en saynètes percutantes et sans ambages, mais pas moins sensibles, la trajectoire singulière de la coloriste qui, pour la première fois, occupe le premier rôle dans un livre. Ponctué de photos et de parenthèses sur les coutumes, la culture irakienne et les souvenirs de Brigitte Findakly, on partage avec elle, la nostalgie de ceux qui ont laissé derrière eux leur pays d’origine, et les liens fugaces qui subsistent. À l’image des coquelicots qui fanent si vite.

J’ai beaucoup aimé cette bande-dessinée également. Elle est très intéressante concernant les différences culturelles entre la France et l’Irak. C’est un bel ouvrage sur les racines du personnage.
Le dessin est très agréable, coloré, et parfois enfantin. Le contraste avec le sujet abordé est d’ailleurs très intéressant à observer.
Une belle découverte !

  • La Déconfiture (tome 1) de Pascal Rabaté
    Juin 1940. La débâcle de l’armée française et l’exode pour des millions de civils. Les repères quotidiens ont éclaté. C’est le grand chaos. À travers le destin d’un simple bidasse, Pascal Rabaté raconte cet été de désordres et de bouleversements extraordinaires…

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu d’ouvrage en rapport avec la Seconde Guerre mondiale, alors j’ai été « obligée » de craquer pour celui-ci. 😉
C’est une belle bande-dessinée, d’un grand format, qui est très agréable à regarder, malgré le sujet difficile.
On se rend bien compte de la désorganisation qui régnait, de l’incompréhension, du désarrois des soldats et des civils… Les dessins sont parfois difficiles à regarder mais ce n’est pas une mauvaise chose…
Pas un grand coup de cœur pour cet ouvrage mais j’achèterai quand même le tome 2 à sa sortie 😉

  • A hazy shade of winter de Fleur Hana et Jacinthe Nitouche

14333097_567313840145071_4531821924157847601_n

Quand je me lève le matin, elle n’est pas là, à côté de moi. Quand je tends la main, elle ne la saisit pas. Quand j’ouvre les yeux, elle ne me sourit pas.

Au lieu de ça, quand je me lève le matin, c’est à Lolita que je pense. Quand je tends la main, c’est la sienne que je veux tenir. Quand j’ouvre les yeux, c’est ses lèvres que je veux voir s’étirer.

Je ne veux pas oublier Sixtine, je ne peux pas l’oublier. Mais je voudrais essayer de vivre.

Juste vivre…

J’avais vraiment adoré le tome 1, Summertime, alors j’étais très impatiente de lire ce nouveau tome ! (et ravie que EDB éditions me l’ait fait parvenir en avant-première 😉 )
J’ai moins aimé que le tome précédent, mais je ne regrette pas du tout d’avoir revu ces personnages à nouveau ! N’hésitez pas à vous lancer !

Et pour mon avis plus détaillé, cliquez !

  • Culottées de Pénélope Bagieu

Guerrière apache ou sirène hollywoodienne, gardienne de phare ou créatrice de trolls, gynécologue ou impératrice, les Culottées ont fait voler en éclat les préjugés.Quinze portraits de femmes qui ont inventé leur destin.

Super méga gros coup de cœur pour cette bande -dessinée !!
J’avais déjà lu les différents portraits tellement inspirants sur le blog où un portrait parait chaque lundi, mais j’étais ravie de les retrouver en papier !
Les portraits sont super intéressants à suivre et ces femmes sont des exemples chacune dans leur domaine.
Pour ne rien enlever à la force de ces histoires, les dessins de Pénélope Bagieu sont vraiment tops (les doubles pages ❤ ❤ ❤ ❤ )

Je vous le conseille 1000 fois !!!!!!!!

  • Outlander – Le voyage de Diana Gabaldon

Vingt années se sont écoulées depuis le périple de Claire Beauchamp-Randall dans l’Ecosse du XVIIe siècle. Si l’infirmière britannique a refait sa vie depuis, le souvenir de Jamie Fraser et des années tumultueuses vécues ensemble reste intact. Aussi, lorsqu’elle apprend qu’il a survécu à la sanglante bataille de Culloden ayant marqué la défaite de l’armée écossaise, elle se trouve confrontée à un terrible dilemme. En remontant une nouvelle fois le temps, retrouvera-t-elle celui qu’elle a quitté deux décennies auparavant ?

Si je devais résumer ma lecture en un mot, ce serait : laborieuse.
J’ai beaucoup aimé le début avec des allers-retours entre les Highlands du XVIIème et 1968. Le côté enquête était sympa et j’aime bien le personnage de Brianna.
Et c’est une fois Claire revenue auprès de Jamie que cela m’a gonflée… J’ai trouvé déjà qu’elle le retrouvait trop facilement. Ensuite, j’ai trouvé les péripéties un peu grosses.
Enfin, c’était looooooooooooooong ! Alors oui, je suis au courant que c’est un peu le propre de la série, de longues péripéties, de longues descriptions… Mais là, allez savoir pourquoi, ça m’a gonflée. Peut-être parce que depuis quelques mois j’enchaîne surtout les bandes-dessinées qui sont assez rapides à lire pour la plupart, bref, ça m’a gonflé !
Il n’empêche que j’étais contente de retrouver les personnages ! Mais je crois que pour les tomes suivants, je vais me contenter de la sortie de la série télé et ne pas m’infliger des lectures aussi longues…

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

2 réflexions sur “En 2016, j’ai lu… (septembre)

Votre avis m'intéresse !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s