En 2016, j’ai lu… (avril)

Avec 2 semaines de vacances pendant ce mois d’avril, j’ai eu un peu plus le temps de lire et j’avoue que ça m’a fait du bien ! Malgré mon concours d’instit durant cette période, j’ai pu me détendre avec un bouquin dans une main et mon chien à portée de caresses pour l’autre, des moments très appréciables avant d’endurer une looooooooongue période avant les vacances d’été.
Ce mois-ci, j’ai donc lu :

  • Max de Sarah Cohen-ScaliLe roman débute en 1936 à Steinhöring, en Bavière, dans le premier foyer du programme « Lebensborn », initié par les services de Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis y mettent au monde les représentants de la race aryenne, afin de créer une jeunesse parfaite, destinée à régénérer l Allemagne, puis l Europe occupée par le Reich. Max, un bébé qui s apprête à naître, déjà nourri de la doctrine nazie dans le ventre de sa mère, tient absolument à voir le jour le 20 avril, date anniversaire du Führer, afin d être un prototype parfait. Max, rebaptisé Konrad, grandit, sans affection, sans tendresse, sans maman, selon les critères d éducation de la doctrine nazie. A quatre ans, il devient la mascotte du foyer. On l’utilise pour aider à kidnapper des enfants polonais. A six ans, il fait un séjour à Kalish, une école où sont germanisés les enfants kidnappés. Là, il rencontre Lukas, un jeune Juif polonais rebelle, qui a tous les critères physiques de la race aryenne. Konrad se prend d amitié pour lui. C est la première fois qu il s attache à quelqu un. A partir de cet instant, ses croyances nazies vont être sérieusement ébranlées…

J’avais lu l’avis de Krokette sur ce livre et cela m’a tout de suite donné envie de le lire. (rapport à ma passion pour la période, pour ceux du fond qui n’ont pas suivi 😉 )
Déjà, la couverture est choquante. Un fœtus entouré de mesures diverses et avec un brassard nazi, forcément, ça interpelle.
On suit la vie de Max/Konrad, né du programme Lebensborn, et qui adule Hitler avant même sa naissance. Avant même de naître, il est complètement enrôlé dans la doctrine nazie, grâce à qui il est né. Pour lui, le nazisme, c’est le bien. Forcément, il ne connait que ça.
Bien qu’étant un enfant, il a une réflexion d’adulte nazi et cela donne des moments assez glaçants.
On sent qu’il y a une grande documentation de l’auteur pour écrire ce roman, et c’est encore plus flippant de savoir que tout cela a réellement existé.
Je vous le conseille mille fois, puisque malgré des scènes difficiles et le sujet glaçant, c’est un excellent moyen de s’informer. L’histoire est inventée mais les différents évènements de la vie des personnages ne le sont malheureusement pas…

(attention, c’est un roman classé « adolescent », mais il faut quand même être bien accroché/accompagné pour s’y attaquer)

  • Summertime (season song 1) de Jacinthe Nitouche et Fleur Hana

summertime

Le premier tome de la série Season Song écrite par Jacinthe Nitouche & Fleur Hana.

Lou-Ann…
Elle n’a jamais quitté son quartier de  Perpignan, travaille depuis toujours dans le même bar et retourne chaque soir auprès de sa mère alcoolique.

Son rêve ? Aller à Paris.
Sixtine…
Elle a abandonné des études dans une grande école, n’a aucune perspective d’avenir et fuit l’univers doré de ses parents.

Son rêve ? Quitter Paris.
Elles n’auraient jamais dû se rencontrer.
Et pourtant, elles vont devoir faire route ensemble, affronter leurs peurs et se découvrir elles-mêmes. Embarquez dans Summertime, un road trip autant qu’une ode à la vie, célébrés par une amitié aussi improbable que riche.

J’ai adoré ce livre et je vous donnais mon avis détaillé par ici.
Si jamais vous avez la flemme de lire l’article en entier, sachez juste que j’ai vraiment adoré et que je vous le conseille vivement !

  • Souvenirs de l’empire de l’atome de Thierry Smolderen et de Alexandre Clérisse
    1953 : Le Monde est entré dans l’âge de l’Atome, mais un homme s’interroge sur la civilisation qui l’entoure. Cet homme, c’est Paul un écrivain de science fiction qui depuis son enfance vit en contact télépathique avec le héros d’une épopée galactique située dans un lointain futur.
    Le cas de Paul devient célèbre à la suite d’un article. Gibbon Zelbub, consultant bien connu du Pentagone et de l’industrie américaine, commence alors à s’intéresser à lui. Dans un laboratoire du Vermont, « l’homme qui dialoguait avec le futur » va subir une expérience hypnotique qui lui fera commettre l’irréparable et briser l’honneur de son ami Zarth Arn, héros de l’Empire Galactique…

Ce n’était pas vraiment ce à quoi je m’attendais et j’ai donc été un peu déçue… En fait, comme d’habitude, je n’avais pas lu le résumé du livre avant de l’acheter. Comme il s’agissait des mêmes auteurs que pour L’été diabolik j’ai pensé naïvement avoir à faire au même type d’histoire.
Ici, on est plutôt dans une histoire de science-fiction avec des allers-retours entre les années 1950 et une époque distante de plusieurs milliers d’années dans le futur. Paul vit dans les années 1950 et est en contact télépathique avec Zarth Arn, héros de l’Empire Galactique.
L’histoire m’a semblé un peu tordue, et je me suis parfois perdue entre les différentes époques… Par contre, je suis toujours autant fan du graphisme et des couleurs qui sont vraiment magnifiques. Rien que pour ça, je suis contente de l’avoir lu !!

  • Outlander – Le chardon et le tartan de Diana Gabaldon
    https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/51Gke23MifL._SX340_BO1,204,203,200_.jpg1945. Claire passe ses vacances en Écosse, où elle s’efforce d’oublier la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front. Au cours d’une balade, la jeune femme est attirée par un mégalithe, auquel la population locale voue un culte étrange. Claire aura tôt fait d’en découvrir la raison : en s’approchant de la pierre, elle se volatilise pour atterrir au beau milieu d’un champ de bataille.

    Le menhir l’a menée tout droit en l’an de grâce 1743, au coeur de la lutte opposant Highlanders et Anglais. Happée par ce monde inconnu et une nouvelle vie palpitante, saura-t-elle revenir à son existence d’autrefois ?

Je l’avais commencé en début d’année, en suivant les recommandations des membres du #clublectureMS qui sont unanimes sur cette série. Mais bon, je n’ai pas vraiment réussi à accrocher…
Je m’y suis remis pendant les vacances parce que je veux regarder la série dans le cadre de mon Challenge séries mais la saison 1 correspondant au tome 1, je préférais lire le livre avant.
Et je ne l’ai pas regretté !! J’ai dévoré le tome 1, en lisant parfois plus d’une centaine de pages par jour (et vu tout ce que j’avais à faire pendant ces vacances, cela relève de l’exploit !)
On s’attache vite aux personnages finalement et l’histoire est tellement rythmée qu’on a hâte de savoir ce qui va se passer ensuite.
C’est rocambolesque (et parfois totalement fantasque) mais j’ai adoré.
Et du coup, j’ai enchaîné avec le tome 2 dans la foulée ! (même si mon rythme de lecture a fortement ralenti avec la reprise du boulot…)

  • Chroniques de Jérusalem de Guy Delisle

Guy Delisle et sa famille s’installent pour une année à Jérusalem. Mais pas évident de se repérer dans cette ville aux multiples visages, animée par les passions et les conflits depuis près de 4 000 ans. Au détour d’une ruelle, à la sortie d’un lieu saint, à la terrasse d’un café, le dessinateur laisse éclater des questions fondamentales et nous fait découvrir un Jérusalem comme on ne l’a jamais vu.

J’avoue, la ville de Jérusalem, je ne la connais que de nom. Sinon, de son architecture, de son histoire, je ne connais pas grand chose hormis les conflits qui y règnent…
J’ai donc encore une fois craqué pour un livre de Guy Delisle. Cette fois-ci, c’est différent des précédentes bandes-dessinées que j’ai lu, puisqu’au lieu de partir seul pour son travail, il part avec sa famille, en raison du travail de sa femme. Cela lui laisse donc plus de temps pour explorer la ville et ses environs.
J’ai appris beaucoup de choses sur Jérusalem et les communautés qui y vivent.
J’ai vraiment aimé cette bande-dessinée et le trait de Guy Delisle y est pour beaucoup. C’est à la fois simple mais réaliste…
Bref, j’ai adoré !

  • Les wonderwomen aussi mettent une culotte gainante de Mathou

Des dessins qui font du bien au corps, au coeur et à l’âme pour les gourmandes, les femmes pas parfaites, les working girls, les filles qui s’assument, les mamans rigolotes. Derrière le vernis de la perfection, toutes les femmes et toutes les mères sont en réalité juste normales : elles font ce qu’elles peuvent. Elles mangent du chocolat (et pas seulement du noir 70 %), chantent (trop) fort après trois apéros, plantent à l’occasion leurs enfants devant la télé, se mettent de l’anti-cernes et parfois même une culotte gainante !

Mathou est l’auteure du blog Crayon d’humeur (et que je suis principalement sur sa page facebook) et je l’adore !
J’aime beaucoup ses dessins que je trouve plein de dynamisme, et surtout, bourrés d’humour. Dans ce livre, elle reprend des posts internet, mais en ajoute aussi des inédits qui sont tout aussi drôles ! Pas besoin d’être maman pour se reconnaître dans ses dessins. Je crois que bon nombre de personnes peuvent se reconnaître dans les différentes situations.
J’ai beaucoup aimé ce livre, pas prise de tête et qui permet de rire un peu 🙂

(Si vous passez par Angers, la boutique Paillette vend des badges et des affiches dessinés par Mathou, autant vous dire que j’ai craqué lors de ma dernière visite… Sinon, il y aussi des bijoux vendus sur la boutique Etsy de Party Pop. Là aussi j’en ai commandé et ils sont tops !)

Publicités

10 réflexions sur “En 2016, j’ai lu… (avril)

  1. ellecommelire dit :

    De jolies lectures pour ce mois-ci !
    J’ai pris quelques idées, Max ça fait un moment que je souhaite le lire mais j’attends d’avoir un moral d’acier pour m’y mettre vu le sujet difficile.
    Je te souhaite une belle semaine livresque future collègue 😉

    J'aime

  2. Aconia dit :

    J’ai lu Max il y deux ou trois ans et je me souviens encore de certains passages du livre qui m’avaient vraiment marquée de part leur dureté. J’ai également beaucoup apprécié Chroniques de Jérusalem, la façon dont Guy Delisle a de rendre le conflit compréhensible, sa manière de relater son quotidien dans un pays en guerre … vraiment très bien.
    Je crois que je vais essayer Outlander. J’ai essayé la série, je n’ai jamais réussi à dépasser la moitié de l’épisode 1, mais peut-être que le livre me plaira … J’attends ton avis sur la série 😉

    J'aime

  3. lepetitratdesbooks dit :

    Il a l’air très intéressant ce roman « Max » en lisant ta critique j’ai très envie de le tenter car j’aime également les romans ou documentaires qui touchent à la période de la SGM! C’est vrai que le sujet est difficile. J’avais lu un livre plus documentaire sur les Lebensborn et cela sera intéressant d’avoir une version roman de ce sujet. Merci de me l’avoir fait découvrir^^!

    J'aime

Votre avis m'intéresse !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s