2015 Challenge lecture : juillet [bilan 7]

Ce mois-ci, bien qu’en vacances, je n’ai pas beaucoup lu… Et surtout, les livres ne correspondaient à aucune catégorie du défi, donc je n’ai rien pu cocher. Néanmoins, j’ai bien aimé le peu de livres que j’ai lu, et c’est bien là le principal !!

Le premier jour du reste de ma vie de Virginie Grimaldi ;

le premier jour du reste de ma vie

Marie a tout préparé pour l’anniversaire de son mari : gâteaux, invités, décoration de l’appartement… Tout, y compris une surprise : à quarante ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris « un aller simple pour ailleurs ». Pour elle, c’est maintenant que tout commence. Vivre, enfin. Elle a donc réservé un billet sur un bateau de croisière qui fait le tour du monde. À bord, Marie rencontre deux femmes qui, elles aussi, sont à la croisée des chemins. Au fil de leurs aventures, parfois loufoques, elles pleurent et rient ensemble, à la reconquête du bonheur. Leurs vies à toutes les trois vont être transformées par ce voyage au bout du monde… Tout quitter pour tout recommencer : une comédie tendre et savoureuse !

Ce livre c’est une vraie bouffée d’air frais. Alors certes, c’est ce qu’on appelle de la chick lit, mais c’est vraiment le genre de livre qui fait du bien !
L’histoire peut paraître légère et drôle. Mais au fond, on sent une vraie souffrance chez Marie, le personnage principal. Elle cherche à fuir sa vie, pour mieux se retrouver ensuite. Son désir de solitude se retrouve contrarié avec l’arrivée de deux femmes hautes en couleur, qui vont lui devenir indispensables.
Bref, ce livre se savoure comme on savoure une comédie romantique : bien installée au fond de son lit ou de son canapé, on se laisse porter et on profite des bons sentiments qui nous sont offerts. Et pour ajouter au plaisir, tout au long du livre, on est accompagné par les chansons de Jean-Jacques Goldman (et franchement, qui peut résister à une chanson de JJG ??).

David, les femmes et la mort de Judith Vanistendael ;

david les femmes et la mort

Au moment où nait sa petite-fille Louise, David apprend qu’il a un cancer. Mais la parole n’a jamais été son fort, et il préfère taire la maladie, la douleur, et la fin qui se profile. Au grand dam des femmes de sa vie – sa femme Paula, ses filles Miriam et Tamar. Impuissantes, elles assistent à ce délitement silencieux, mais inexorable.

Chaque chapitre de cette bande-dessinée est consacré a un personnage principalement. On assiste à l’impuissance de tous face à la maladie. David est atteint d’un cancer que l’on pense guérissable et puis le diagnostic s’assombrit… Les femmes de sa vie essayent de l’aider comme elles le peuvent, tout en essayant aussi de vivre pour elles-mêmes.
Judith Vanistendael livre ici un récit doux et poignant malgré des dessins qui peuvent rebuter. Parfois violents de réalismes, le style n’est pas facile à appréhender. Mais il faut voir au-delà. L’histoire est vraiment superbe et extrêmement touchante. Le sujet difficile du cancer est abordé avec pudeur, jamais je ne me suis sentie mal à l’aise. Mais au contraire j’ai été embarqué avec les personnages…
Très doux, même si très difficile, j’ai eu un véritable coup de cœur pour cette bande-dessinée…

Carnets de thèse de Tiphaine Rivière ;

carnets de thèse

Quand une jeune enseignante quitte son collège de ZEP pour se lancer, euphorique, dans une thèse, elle n’imagine pas le chemin de croix sur lequel elle s’engage…

Autour de Jeanne défile l’univers des thésards : le directeur de recherche charismatique, expert dans l’art d’esquiver les doctorants qui attendent fébrilement la lecture de leurs pavés ; la secrétaire usant de toute l’étendue de son pouvoir d’inertie dans le traitement des dossiers dont on l’accable ; les colloques soporifiques où sont livrés en pâture les aspirants chercheurs ; les amphis bondés de première année devant lesquels ils s’aguerrissent en étrennant des cours laborieux payés au semestre et dont ils recueillent les fruits dans des copies désarmantes de candeur ; la jungle de la compétition académique et le dénuement d’une université malmenée ; la famille et les amis qui n’y comprennent rien ; l’infortuné compagnon endurant par procuration le calvaire de cette thèse qui n’en finit pas…

À la manière d’un récit d’apprentissage, avec drôlerie et finesse, ce roman graphique raconte le quotidien de doctorants qu’on compte aujourd’hui en France par dizaines de milliers et qui, comme Jeanne, poursuivent leur recherche comme une quête existentielle. Vous en connaissez forcément. Après avoir lu ce livre, vous ne leur demanderez plus : « Alors, cette thèse ? »

Même si je ne suis pas thésarde, j’ai adoré cette bande-dessinée ! Pour toutes les personnes qui ont déjà été à l’université, on peut très facilement reconnaître les différents profils des personnages que l’on croise dans les couloirs 🙂 Notamment la secrétaire qui ne fait rien de ses journées et qui semble vissée à son bureau, le prof qui n’est jamais disponible… Bref, même si je me suis arrêtée au master, j’ai pu reconnaître certains aspects que j’ai vécu, même si je n’ai rédigé « qu’un mémoire ».
C’est avec un grand recul que Tiphaine Rivière parle de l’univers des thésards. Et surtout avec beaucoup d’humour !! J’ai franchement ri durant la lecture de ce livre.
J’ai adoré également les dessins, même s’ils sont parfois (un peu trop) chargés de détails, je pense que cela contribue à accentuer le sentiment qu’a le personnage d’être perdue.
Drôle, avec des dessins faciles d’accès, j’ai vraiment vraiment adoré !!

Ne lâche pas ma main de Michel Bussi ;

ne lache pas ma main

Un couple d’amoureux dans les eaux turquoise de l’île de La Réunion.
Farniente, palmiers, soleil.
Un cocktail parfait.
Pourtant, le rêve tourne court. Quand Liane disparaît de l’hôtel, son mari, Martial, devient le coupable idéal. Désemparé, ne sachant comment prouver son innocence, il prend la fuite avec leur fille de six ans. Pour la police, cela sonne comme un aveu : la course-poursuite, au cœur de la nature luxuriante de l’île est lancée.

Comme le premier livre de Michel Bussi que j’avais déjà lu, j’ai eu un peu de mal à m’y mettre. Mais une fois lancée, il ne m’a fallu que la journée pour le lire !! J’ai vraiment adoré !! L’auteur sait vraiment jouer avec le suspens. A chaque fin de chapitre, on a envie d’aller plus loin, de savoir ce qui va se passer.
Ici, on suit parallèlement l’enquête policière et la cavale de Martial avec sa fille. Et jusqu’au dernier chapitre, on ne comprend rien à l’histoire ! Quand on pense savoir ce qui se passe, un nouvel indice arrive et c’est le bordel…
J’ai vraiment adoré cette histoire et je me suis laissée prendre dans l’enquête.
C’est le deuxième livre de Michel Bussi que je lis (le premier c’était Un avion sans elle et c’était tout simplement génial !), et j’en ai un troisième qui attend bien rangé. Je l’avais déjà commencé et je n’accrochais pas, mais après deux essais concluants avec cet auteur, je vais récidiver de ce pas !!

 

Publicités

4 réflexions sur “2015 Challenge lecture : juillet [bilan 7]

  1. Bambou dit :

    Ohh jolies lectures ce mois-ci. La BD sur David doit être forte en émotion et dure aussi…
    Le « 1er jour du reste de la vie » est sur ma PAL. Il me tarde.
    Je viens de lire « Un avion sans elle » de M. Bussi, j’ai adoré dc j’ai enchainé avec « N’oublier jamais » et là un peu plus deçue… Mais celui là me fais envie avec ton résumé, allez zou un de plus dans ma PAL!!!!!
    Bonnes lectures pour août!

    J'aime

    • charlottealunettes dit :

      « David les femmes et la mort » est effectivement très fort en émotions ! Même si le dessin est parfois particulier, on se laisse très vite prendre dans l’histoire…
      Bon du coup, tu ne me donnes pas envie de lire « N’oublier jamais ». 😉
      Par contre, j’ai « Les Nymphéas noirs » et je pense que je vais le lire dans peu de temps
      Bonnes lectures à toi aussi 😉

      J'aime

Votre avis m'intéresse !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s