2015 Challenge lecture : mai [bilan 5]

Encore un mois où je n’ai pas assez lu à mon goût… Vivement les grandes vacances offertes par la vie d’instit pour que je puisse passer plus de temps à bouquiner !
Ce mois-ci, j’ai donc pu cocher les cases suivantes :

– Un livre par un auteur féminin avec L’amour (fou) pour un criminel de Isabelle Horlans ;

index

Elles sont âgées de 20 à 50 ans, elles ont des projets, un mari, une carrière, parfois même la fortune. Pourtant, un jour, sur un coup de tête, elles vont tout plaquer par amour pour un criminel, le plus souvent un tueur en série. Les condamnés à perpétuité et les pensionnaires des  » couloirs de la mort  » jouissent d’une aura stupéfiante. La plupart des femmes qui leur écrivent ou les demandent en mariage ne les connaissent même pas, elles ne les ont vus qu’à la télévision ! Mais cela a suffi à provoquer leurs battements de cœur. Comment est-ce possible ? Il existe plusieurs réponses. Chaque liaison est différemment motivée. Voici leurs histoires si singulières… Elles se prénomment Monique, Béatrice, Stéphanie, Sandrine, Laurence, Patricia, Doreen, Anna… Et, souvent, quand elles évoquent leur attachement, leur expérience, le romanesque l’emporte sur l’apparente absurdité de leur condition.

Si vous regardez un peu la télévision en ce moment, il est fort probable que vous soyez déjà tombé sur Isabelle Horlans, puisque celle-ci est souvent invitée ces derniers temps pour faire la promotion de son ouvrage (et parfois elle est aussi invitée avec Stéphane Bourgoin, spécialiste des serial killers, et qui est lui aussi passionnant). C’est d’ailleurs en regardant (encore) la télévision que je l’ai découvert.
Le phénomène des femmes « banales » qui tombent amoureuses de criminels est très intéressant mais pourtant peu étudié. Dans cet ouvrage, on découvre pourquoi elles décident de correspondre avec ces meurtiers/violeurs/tueurs en séries… (rayez la mention inutile)
Ici, on ne traite pas des hommes qui tombent amoureux de femmes emprisonnées puisque le phénomène est de bien moins grande ampleur.
Quant à la question « pourquoi tombent-elles amoureuses ? » et bien c’est comme dans la vie civile, il n’y a pas de réponse ! Au hasard des rencontres, on s’entend bien avec une personne, on s’y attache et parfois on tombe amoureux…
Tout au long du livre, et sans jamais tomber dans de mauvais jugements, Isabelle Horlans nous parle de ces femmes aux parcours atypiques. Elle nous déroule leurs histoires pour mieux nous aider à comprendre. Les analyses psychologiques ne tombent pas dans la psychologie de comptoir et n’apportent pas de vraies réponses. Plutôt des pistes d’analyse.
Toutes les histoires d’amour sont uniques et il ne s’agit pas d’enfermer ces femmes dans des cases. J’ai d’ailleurs apprécié que dans le titre le mot « fou » soit entre parenthèse. Ces femmes ne sont pas folles (du moins pas la majorité), mais elles sont folles amoureuses.
Moi qui m’intéresse au sujet depuis quelque temps, j’ai été ravie de trouver cet ouvrage très bien documenté et très intéressant.

– la case « Un livre qui se passe dans un pays différent » avec Très chère Sadie de Sophie Kinsella ;

très chère sadie

Lara, vingt-sept ans, est dans une mauvaise passe : son fiancé est parti tomber amoureux d’une autre, son associée fait la fête sur une plage à Bali pendant que leur business de recrutement frôle dangereusement la faillite, et la voilà forcée d’assister à la crémation d’une très vieille grand-tante qu’elle a dû voir cinq fois tout au plus. Heureusement, Lara n’est pas seule. Car voici que surgit Sadie : une fille épatante, tout droit sortie des années vingt, fan de charleston et de soirées cocktail, de belles toilettes et de beaux garçons ; une vraie diablesse qui a aussi le chic pour apparaître aux moments les plus inopportuns et qui cultive une curieuse obsession pour un mystérieux collier. Au contact de cette nouvelle amie, Lara va comprendre qu’ajouter un peu de vintage, un brin de fantaisie et une touche de magie peut résoudre bien des soucis. Mais qui est vraiment cette très chère Sadie ?

J’aime beaucoup Sophie Kinsella (du moins ses premiers romans) mais celui ci m’a un peu déçue… Sadie, l’amie de Lara, est en réalité le fantôme de sa grande-tante. Alors oui, cela donne des situations cocasses, mais rien de très formidable… Du moins au début ! Il m’a fallu beaucoup de temps pour rentrer dans l’histoire… Mais la fin ne m’a pas déçue. J’ai eu la gorge serrée dans les derniers chapitres. Mais je ne vous dévoilerai rien 😉 Si ce n’est que si vous commencez ce livre, n’hésitez pas à vous accrocher si jamais vous n’aimez pas au début. En tout cas, moi je ne le regrette pas !

– la case « un livre paru cette année » avec Catharsis de Luz ;

catharsis

Au début, il y a le drame, la douleur, la rage, la perte. Et puis, petit à petit, il y a le besoin de dessiner qui revient, l’envie non pas de témoigner, mais de se mettre à nu, de se libérer. Alors naît Catharsis. Un livre thérapeutique où Luz nous livre par petites nouvelles ses pensées, son quotidien depuis ce jour qui a bouleversé sa vie, et à une autre échelle, celle de millions d’êtres humains. Les sentiments se bousculent, les styles, le ton. Du rire aux larmes, de la laideur à la beauté, de la colère à l’amour. Catharsis est un ouvrage bouleversant. Y a du Charlie dedans, bien sûr, mais aussi y a du Charb, y a du Cabu, y a du sexe, y a de la musique, y a du Reiser, y a du Feiffer, y a du Franquin, y a la police, y a du rouge, y a l’enfance, y a du rire, y a pas de chanson française, y a du rock, y a du roll, y a des yeux rouges et y a du rire, y a un pigeon, y a de la poésie, y a du Gébé, y a de la pluie, y a du soleil. Y a un auteur qui revit, et un livre incroyable qui s’affirme déjà comme un ouvrage indispensable. Un classique instantané.

Avec les attentats de janvier, il me paraissait évident de faire entrer ce livre dans cette catégorie. Que l’on soit d’accord ou pas (comme je vous en parlais ici), ces évènements ont profondément marqué notre année 2015, enfin la mienne c’est certain.
Dans cet ouvrage, c’est le parcours personnel de Luz, le célèbre dessinateur, qui nous est raconté. On ne tombe pas dans le pathos. Mais c’est une formidable déclaration d’amour : à ses amis, à sa femme.
Bref, j’en suis ressorti avec une boule dans la gorge.
Et vous pouvez lire mon avis en entier par ici.

Publicités

3 réflexions sur “2015 Challenge lecture : mai [bilan 5]

  1. bambou dit :

    De mon côté je ne connais pas ces livres. Par contre sophie kinsella oui! J’avance aussi dans mon challenge. Presque 5 livres depuis mai 🙂

    J'aime

Votre avis m'intéresse !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s