[Cinéma] Hippocrate

2015/01/img_0665.jpg

Benjamin va devenir un grand médecin, il en est certain. Mais pour son premier stage d’interne dans le service de son père, rien ne se passe comme prévu. La pratique se révèle plus rude que la théorie. La responsabilité est écrasante, son père est aux abonnés absents et son co-interne, Abdel, est un médecin étranger plus expérimenté que lui. Benjamin va se confronter brutalement à ses limites, à ses peurs, celles de ses patients, des familles, des médecins, et du personnel. Son initiation commence.

Et bien j’ai tout simplement adoré ce film !

Je suis pourtant loin de l’univers médical, mais j’en connais quelques rouages puisque plusieurs personnes de ma famille y travaillent.
Et ces rouages sont parfaitement décrits dans le film.

Le héros du film, Benjamin (joué par Vincent Lacoste) est plongé dans son premier stage d’internat de médecine. Il découvre alors la réalité de son futur métier. Et ce n’est pas toujours facile à vivre. D’autant plus qu’il est dans le service dirigé par son père (Jacques Gamblin)…

Benjamin est accompagné par Abdel (Reda Kateb), médecin algérien expérimenté mais contraint de refaire son internat pour obtenir l’équivalence de son diplôme en France. Abdel est loin de l’univers potache des étudiants en médecine et on s’en rend compte dès le début du film. C’est ce décalage qui va certainement aider Benjamin à vouloir faire du mieux qu’il peut. Mais cela ne va pas toujours fonctionner…

Au fur et à mesure, Benjamin est submergé par les responsabilités, par ses doutes, par ce que la loi lui dit de faire mais que sa conscience lui interdit, par la fatigue aussi…

J’ai beaucoup aimé le huis-clos dans lequel ce film se trouve. Hormis pour une courte scène, on ne sort pas de l’hôpital. On navigue entre différents services, l’internat…
L’histoire n’est alors pas parasitée par des problèmes personnels que pourraient avoir les personnages. Cela contribue aussi à renforcer l’impression que leur métier prend une grande place dans leurs vies.

Les acteurs sont très justes. L’impression d’être au coeur d’un vrai hôpital de nos jours est alors plus grande.
On est loin des hôpitaux tous beaux qu’on nous montre dans Baby-Boom ou dans 24h aux urgences, ici, on voit la galère financière et matérielle subie par les équipes, parfois au détriment des patients…

Publicités

Votre avis m'intéresse !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s